multiplicity

01 novembre 2017

Sérigraphie, tirage limité à 15 exemplaires

Séchage des sérigraphies fraîchement réalisées

Sérigraphie, Impression sur rouleau de papier, encre noire et grise, 50X65cm

Sérigraphie, Impression sur rouleau de papier, encre blanche et grise, 50X65cm

Réalisation de la sérigraphie avec l'équipe Ice Screen de Bruxelles

 

Sérigraphie, détails, Atelier sérigraphie Ice Screen, Bruxelles, 2015

Posté par stelr à 09:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 octobre 2010

Arborescence

DSC_1214_en_tant_qu_objet_dynamique___1

Installation réalisé en 2010, 2 panneaux de 2mx 3m, tissu découpé, tendu sur châssis, 2 projecteurs de découpes, cordes, socle. Prises de vue auditorium de l’Erba de Besançon 

Description

******************************************************************************************************* 

Cette pièce est l’élaboration d’une œuvre autour de l’idée de nature, en tant qu’entité complexe. Dans la continuité de mes recherches sur le monde végétal, j’ai voulu créer un véritable environnement vivant, réactif et sensible qui agirait physiquement sur le regardeur.

Cette structure accueille le spectateur et l’enveloppe complètement, par le jeu d’ombre tracé au sol, sorte de parcours, de cartographie à expérimenter, à vivre, à comprendre. Ce parcours de lignes complexes, perturbe la stabilité. Car cette ombre portée, mesurant plus de 11 m de long, vacille légèrement à intervalles réguliers (toute les 10 min grâce à un dispositif mécanique installé au dessus des panneaux) ce qui surprend et crée une certaine perte d’équilibre du spectateur. L’expérience ainsi vécue est alors totale. La  confrontation est directe ; le regardeur devient acteur, il est dans l’image, et y participe par la présence de sa propre ombre.

La dualité de cette installation réside en sa double entrée dans une expérience contemplative ou active.

Détail de l’installation : Au départ destinée à être montrée dans des lieux assez vastes et obscurs ; dans le but de confiner le spectateur dans cet univers silencieux, coupé du monde extérieur, favorable à la naissance d’un état de contemplation. Elle est aussi envisagée pour un environnement extérieur, naturel, où seule la lumière extérieure viendra modifier et créer un espace intime par les ombres portées au sol.

Posté par stelr à 12:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 octobre 2010

le multiple et le complexe

                    IMG_0048

Ci-dessus grand format au dernier plan, peinture vinylique sur papier, 3mx3m, 2009

Description

Recherche essentiellement basée sur l’image de l’arbre ; l’image et le symbole de l’arborescence, croissance continue et complexe, symbole de la nature ; un monde toujours en mouvement et en perpétuelle renouvellement.

Accentuation des lignes et des parcours, le noir et le blanc s’opposent. Nous en distinguons mieux la forme. Et les lignes continues de ses branchages tendent à devenir autre, non plus seulement branches mais symbole de croissance dans le mouvement.

Série de peinture réalisée au pochoir, « le multiple et le complexe » ; couche de peinture de couleurs qui s’interposent créant un espace et une profondeur sur un plan, quête d’une représentation du lien.

                   

                            IMG_0049

Détail de l’exposition réalisée à l’Espace 24, ERBA Besançon 2009

Le multiple et le complexe

Peinture / pochoir : élaboration de série / répétition ou non ?

Posté par stelr à 20:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

exposition IUFM Vesoul

    

IMG_6002

                 Détail de l’exposition Arborescences,IUFM de Vesoul, France, mai 2010

Les ramifications d’Estelle Régent

Au commencement étaient les arbres.

Les grands arbres d’avant. Ceux de ces tropiques primordiaux d’où naitront les curieux amphibies qui nous annoncent. Les arbres qui entourent dans toutes les représentations occidentales le paradis terrestre, ceux là même qui donnent à la fois la pomme et la feuille, ce qui fera choir l’homme et ce qui cachera son corps après sa chute ; ceux donc qui sont à la fois l’origine de toute nature et le signe culturel de l’entrée dans l’histoire.

L’arbre de Jessé s’inscrirait sans doute dans la même perspective, de là nous descendons tous, de ces patronymes-feuilles qui nous désignent comme rejetons d’une lignée à l’arborescence toute végétale.

Or,  cette inspiration là anime le travail d’Estelle Régent, et nul doute qu’il y a une dimension proprement mythique à cette jeune œuvre au sens du récit des origines. Les siennes d’abord dans cet enracinement terrien qui a permis à cette jeune pousse de grandir mais aussi dans sa recherche patiente et appliquée des métamorphoses et des connivences sans lequel il n’est point de vivant ni même peut être de réalité.

Filet d’ADN ou réseau à la perpétuelle et mouvante interactivité peu importe finalement ici la référence convoquée, ce qui compte, de  biologie en télécommunication, c’est de saisir le Grand Réseau dans lequel nous ne sommes pas plus spectateur extérieur que nous ne sommes à vrai dire promeneurs en forêt. Les arbres ne s’installent pas dans une tranquille étrangeté, mais leurs cris, parfois, nous agressent aussi fort que le chien maltraité dans une étrange solidarité de parents .Et nous souffrons des souffrances de la forêt comme de celle d’un « proche » ce qui troublait déjà Ronsard en sa forêt de Gâtine.

Et c’est bien à ce secret de miroir que semble nous renvoyer ce travail si brillamment prometteur.

Spinoza rappelait à Descartes que l’homme ne saurait être un empire dans un empire et la science moderne semble accréditer cette thèse d’une solidarité cellulaire entre toutes choses ; en ce sens, Estelle, dans ses découpages appliqués, joue de cette immense connivence, de cette incroyable et vertigineuse parenté, qui nous conduit d’ombres à figures dessinées à sentir cette incroyable solidarité du monde.

A la fois réseau sanguin et cartographie, ces formes évoquent donc certes des ramures, mais ce sont celles d’un curieux arbre généalogique, celui sans doute dont nous venons tous dans notre imaginaire humain,  et qui, malgré nos turpitudes, nous abrite encore lorsque les gros orages d’été du Jura, de Haute Saône, ou d’ailleurs font trembler les collines.

Alors allez, déambulez avec  courage sous les frondaisons taillées par Estelle, elles vous feront dire après notre illustre Bisontin « je ne puis regarder une feuille d’arbre sans être écrasé par l’univers » (Victor Hugo).

                                                                                                                                                                                                                                                       Laurent Laurent Devèze (mai 2010)

                                    

Posté par stelr à 19:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 mai 2009

Collages/objets mélancoliques

                                             fixer les choses qui disparaissent  

     num_13

Posté par stelr à 13:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 mai 2009

collages

materiaux pauvres, subjectivation d'un paysage 

          num_6   num_12     num_15

       num_22     num_1   num_21

        num_11     num_4   num_5

         num_16   num_17    num_18

Série de 22 collages, photocopie, papier calque, pastel gras, 29,7 x 21 cm, 2009

Description

*******************************************************************************************

Le collage comme invitation à la l’imagination. Le collage comme forme et informité de l’image. Le paysage. La force de ces collages émergents de cette spontanéité qui a été de mise pour ce projet de réaction/création face à l’image et représentation de la réalité. Froissé, découpé, plié, le calque interfère avec cette représentation du réel. Comment réagir ? Comment être réactif ? Comment exprimer le trouble, la mélancolie qui découle de ces paysages oubliés?

Posté par stelr à 16:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 mai 2009

papier calque/tracing paper

reaction face aux paysages en deuil, reminiscence, noltalgie                        

               N23  N21  N22

               59  62  56   

reaction/position/regard/melancolie

reaction/position/gaze/melancholia

Posté par stelr à 15:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]

livre d'artiste/artist's book

       voyage à travers le paysage,2009/travel through landscape,2009                   

besançon/dijon

france

IMG_4085  IMG_4090   IMG_4080

IMG_4036  IMG_4040  IMG_4071

  IMG_4076  IMG_4078  IMG_4080

Description

*******************************************************************************************

C’est l’histoire d’une traversée, de la traversée de nos paysages, armée d’un appareil photographique, qui vient capturer les instants qui défilent sous les yeux.

Ces impressions sur papier-calque révèlent la fragilité de l’instant, cet instant qui ne dure pas, ne fait que passer.

« Cet instant qui a été et  ne sera plus », Roland Barthes - La chambre claire-

Un livre simple dénué d’artifice pour s’inscrire  dans la tradition du livre d’Herman de Vries.

Posté par stelr à 13:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]